Downton Abbey #1 : Lady Violet Speaking

Comment parler de cette série culte et englishissime pour nous autres foreigners ? Ce Downton Abbey dont l’action débute en 1912 dans le magnifique château des lords de Grantham, avec la stricte séparation entre le monde « upstairs », celui des maîtres, et le monde « downstairs », celui des domestiques, qui se rencontrent mais ne se mêlent (presque) pas ? Cet univers révolu, à la veille de la plus grande catastrophe du XXe siècle, dont l’harmonie, la beauté et les mœurs, superbement reconstitués – mention spéciale aux toilettes et aux décors – nous dépaysent délicieusement ?

downton-abbey-affiche-promo

J’ai ma petite théorie là-dessus : ce qui nous fascine dans Downton Abbey, c’est un monde de règles strictes que l’on peut choisir soit de respecter, soit de contourner, soit d’enfreindre. Et cela rassure, donne un sens ou une cause à la vie, voire un délicieux sentiment d’interdit (je crois que c’est la deuxième fois que j’emploie le mot « délicieux », non ?!).

Lady Violet

Donc je biaise : j’ai décidé de faire l’inventaire des opinions de Lady Violet Crawley, comtesse douairière de Grantham, personnage à mourir de rire, devenu une icône de la pop culture contemporaine (ironie des ironies !), au point que ses bons mots inondent le net (je ne mets pas de lien, on trouve tout cela grâce à monsieur Gogol).

Elle est jouée par Maggie Smith, extraordinaire avec son regard de vieille chouette perfide. Conservatrice, autoritaire, pincée, mais aussi caustique, décalée et un brin excentrique comme seules savent l’être les vieilles Anglaises biberonnées au five o’ clock tea, à la grandeur de l’Angleterre et à la lecture du Punch, elle est pour beaucoup dans le succès de la série. Elle apporte le grain de folie et de sagesse des fées marraines dans la mécanique bien huilée de l’intrigue.

Accessoirement, cela donne une idée de l’évolution de la série… Pour l’instant, j’en suis à la saison 1.

– Lady Violet trouve que la lumière électrique donne l’impression d’être sur une scène de music-hall (et elle s’en protège avec son éventail).

– Lady Violet ne sait pas ce qu’est un « week-end » (c’est une notion tellement « middle class » vous comprenez 😉 ).

– Lady Violet pense qu’un Anglais convenable ne se permettrait jamais de mourir chez les autres (ah, ces étrangers ! Ils ne savent décidément pas se tenir).

– Lady Violet est d’avis que les jeunes filles ne devraient pas avoir d’opinion politique avant d’être mariées, et qu’une fois mariées elles se doivent d’adopter celles de leur mari.

– Lady Violet ne voit pas pourquoi elle  immolerait la fierté de son jardinier pour satisfaire celle du vieux Molesley, lors de la compétition florale du village de Grantham (qu’elle remporte rituellement chaque année).

– Lady Violet affirme qu’elle est douce comme un agneau. Presque toujours.

– Lady Violet ne comprend pas que sa femme de chambre la quitte pour aller égoïstement se marier.

– Lady prétend qu’avec l’électricité et le téléphone, elle a l’impression de vivre dans un roman de H.G. Wells [auteur de La machine à explorer le temps, que Lili a chroniqué pour le mois anglais 2015 😉 ].

Je ne m’en lasse pas !

Laissons-lui le mot de la fin :

Ce billet participe évidemment au mois anglais 2015 (plus que 5 jours avant la fin du mois ! Vais-je terminer ma lecture de Woolf à temps ?!)

mois anglais

Publicités

20 commentaires sur « Downton Abbey #1 : Lady Violet Speaking »

  1. Je l’adore ! C’est vrai qu’elle est pour beaucoup dans le succès de Downton Abbey. J’en suis à la fin de la saison 5, que je regarde avec ma fille, et nous ne nous décidons pas à regarder les deux derniers épisodes… parce que nous voulons vraiment les savourer !

    1. Moi aussi j’ai mis du temps avant de m’y mettre… Une fois hameçonné, on trouve du temps pour la regarder en entier ! 😉

  2. Bonjour Ellettres, je n’ai vu aucun des épisodes mais je ne manquerai pas de le faire rien que pour Maggie Smith dont je fais partie du fan club depuis très longtemps. Bonne fin d’après-midi.

  3. J’adore cette série qui a beaucoup de classe, décrit bien l’époque sans tomber dans la caricature. tous les personnages sont intéressant bien sûr une mention spéciale pour Lady Violet parfaitement à l’aise dans son personnage, touchante et drôle…
    j’aime bien le majordome aussi avec ses airs bourrus, perfectionniste qui rappelle un peu « Les vestiges du jour »
    en principe la 6e saison est pour cet automne sur la TNT bien sûr

    1. Tout-à-fait d’accord pour Carson le majordome, l’acteur est excellent dans sa façon de parler, et même de marcher ! J’avais beaucoup aimé lire « Les vestiges du jour ».

      1. j’ai aimé le livre et je trouve que le film était vraiment bien. en le voyant j’ai tout de suite acheté le livre et coup de cœur. j’aime beaucoup Ishiguro, « quand nous étions tous orphelins » m’a plu tout autant

  4. Quelle bonne idée de faire un billet où Lady Violet est en première position ! Je pense aussi qu’elle concourt grandement au succès de la série.
    J’attends avec impatience ses apparitions dans les différents épisodes, et bien sûr la nouvelle saison 😉

    1. Lady Violet a toujours le mot qui tue 😉
      Je n’en suis qu’au début de la saison 2, j’ai encore de longues heures à passer en sa compagnie (mais les autres personnages sont bien aussi !)
      Merci de ta visite 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s