La Passe-Miroir (2) : Les disparus du Clairdelune

B1-ou5uTwySSigne que mes hormones de grossesse ne me font plus craindre grand chose, je m’apprête à vous parler du Livre 2 de la Passe-Miroir, lu… il y a bien six mois. Autant vous dire qu’il ne m’en reste que des bribes et qu’il m’est impossible de me souvenir des innombrables rebondissements guettant la « petite Ophélie » après sa présentation officielle à Farouk, l’esprit de famille du Pôle, en tant que fiancée de Thorn (le premier tome se concluait sur la sortie d’Ophélie de sa clandestinité).

Promue sur-le-champ « vice-conteuse » de la cour  après une mémorable partie de jeu de l’oie à taille humaine, Ophélie est en fait plongée au coeur d’une nasse d’intérêts divergents, couvant derrière l’unique obsession de Farouk : la « lecture » de son Livre, c’est-à-dire le décryptage de cette « Bible » immémoriale qui régit sa destinée. Or Ophélie, avec ses dons de « liseuse », semble toute désignée pour la tâche. Mais certains ne partagent pas tout-à-fait cet avis…

Ce qu’il me reste de cette lecture jeunesse, ce sont des ambiances hautement colorées et un foisonnement narratif toujours aussi propice à l’imaginaire. Le vernis brillant de la cour de Farouk recouvre difficilement des haines et des intrigues féroces, dont l’affaire des personnalités « disparues » de l’ambassade du Clairdelune n’est pas des moindres. La pauvre Ophélie est d’ailleurs concernée. Plus généralement, il règne une atmosphère troublée par des évolutions politiques et écologiques déstabilisantes, comme le retour en grâce de certains clans bannis et l’effritement des arches. Enfin, l’éloignement de la toxique Citacielle vers une superbe station balnéaire et montagneuse offre une parenthèse bienvenue à Ophélie et à sa famille tout droit venue d’Anima, quelques temps avant la date prévue pour le mariage (occasion de brosser des scènes de retrouvailles réjouissantes entre Ophélie et sa cacophonique famille, doublées de la présence réfrigérante du torve Thorn)…

« Ophélie, elle, avait perdu ses mots. Il n’y avait plus de remparts autour d’eux. C’était leur train qui, à présent, roulait au sommet d’une immense fortification. Abolis, les murs ! Le monde n’était plus que mer et montagne à l’ouest, forêt et ciel à l’est : le rendez-vous de toutes les immensités. Ophélie repoussa le tourbillon de boucles brunes qui se prenait dans ses lunettes. Les yeux écarquillés, elle aurait voulu capter chaque détail de ce paysage surprise : les glaciers qui réfléchissaient leur blancheur éblouissante dans le miroir des eaux, le vol d’un harfang des neiges sous la déferlante des nuages, le carillon d’un clocher au milieu de petites maisons multicolores, l’odeur puissamment résineuse des sapins et délicieusement salée de la mer. Ophélie aperçut même au pied de la muraille, ses immenses pattes plongées dans une tourbière, un élan géant qui ébrouait ses bois et qui faisait à lui seul la taille du fourgon à bagages. » 

Vu que j’aborde le versant conjugal, la relation entre Thorn et Ophélie évolue vers davantage d’ambiguïté, ce qui n’est point pour me déplaire : entre rapprochement amoureux et défiance d’Ophélie concernant les intentions réelles de Thorn, à quoi peut aboutir cette relation régie par un contrat tout sauf romantique ? Comment Ophélie va-t-elle continuer de s’approprier une situation définie par la contrainte ? Question à la tonalité discrètement humaniste, libérale et féministe qui sous-tend toute la saga. De son côté, Thorn apparaît plus humain, et sa personnalité sombre et tourmentée nous est expliquée par ses origines familiales…

« Les lunettes d’Ophélie s’assombrirent. (…). Il avait touché à son Livre. Ce qu’Ophélie ne comprenait pas, c’était pourquoi il l’avait fait. Ça allait complètement à l’encontre de la vérité qu’il avait cherché à lui transmettre autrefois.

– Vous n’êtes pas une poupée, affirma Ophélie avec tout le souffle dont elle était emplie. Vous n’avez pas à réaliser le rêve d’un autre.

– Je dois faire ce qui est écrit, répéta imperturbablement Farouk. Ouvrez la porte. »

Tant que j’y suis, autant vous servir mon interprétation ethno-politique du monde de la Passe-Miroir (si tant est que je n’ai pas fumé la moquette). Soyons clairs, l’intention de l’auteure n’est pas de faire un roman à thèse planqué derrière un décor factice, façon « Candide » de Voltaire. Mais il se dessine bien une géopolitique du monde des arches dont le modèle me semble gracieusement inspiré de  notre monde, d’hier ou d’aujourd’hui : le Pôle serait un peu la Prusse de Bismarck, un monde froid et fortement hiérarchisé, où les grandes familles nobles aspirent constamment à davantage de pouvoir ; tandis qu’Anima, l’arche natale d’Ophélie, ressemble plutôt à une petite cité méditerranéenne de type égalitaire, où les gens se connaissent tous, parlent avec les mains et jouent à la pétanque. Arc-en-Terre, dont est originaire la « mère Hildegarde », architecte de la Citacielle, c’est l’Angleterre avec sa mentalité insulaire (on dit « filer à l’arcadienne » car ses habitants sont experts en passages secrets qui permettent de relier n’importe quel point du monde des arches) et son appétence  au commerce international. Avez-vous repéré d’autres allusions ?

Un des charmes de cette lecture, c’est aussi l’écriture de l’auteure, qui n’hésite pas, au milieu de ses imparfaits du subjonctif, à parsemer le parler de la tante Roseline (et des gens d’Anima en général) d’expressions patoisantes et de comparaisons tonifiantes, telles que : lubrique comme une salière, pâle comme une ampoule, autant de jugeote qu’une table basse, s’ennuyer comme des dessous-de-plat… Un truculent terreau d’inspiration pour ceux qui ont besoin de réveiller leur auditoire (… non, non, je ne pensais nullement à des élèves comateux, ça ne me serait pas venu à l’esprit, voyons !)

Résultat de recherche d'images pour "vieux livre jules verne"J’aime également toujours autant l’illustration de couverture, porte ouverte sur l’imaginaire qui me fait penser aux gravures anciennes des vieux Jules Verne édités par Hetzel. L’ouvrage gagnerait d’ailleurs à comporter des illustrations à l’intérieur de ses pages, comme les livres pour enfant d’autrefois…

Cette série est donc décidément une fascinante échappée dans un univers très maîtrisé, plein de chausses-trappes et de rebondissements à tiroirs. Je suis moins réceptive à la portée mystico-gazeuse de l’histoire, ou plutôt à la tournure un peu  fumeuse des propos sur « Dieu » qui parsèment le livre et prennent davantage d’épaisseur dans ce deuxième tome – même si je rejoins Lili dans son hypothèse « Pygmalion » et une probable mise en abyme. Cela apporte aussi une dimension apocalyptique à la série, l’enjeu final étant de découvrir ce qui a provoqué la grande Déchirure de l’ancien monde ayant enfanté le monde des arches. Mais ce que je recherche en premier lieu dans cette série, c’est plutôt l’ivresse causée par un cocktail d’aventures bien frappées, et sur ce point, je suis plus que servie, la lecture de la Passe-Miroir pouvant se révéler par moment presque saturante. Ce second tome se conclue d’ailleurs sur un retournement saisissant que je ne dévoilerai évidemment pas… Hâte de voir ce que nous révèle le tome 3 !

Allez lire le billet de Lili, ma fidèle (et patiente) co-lectrice, qui a pour sa part englouti d’un coup les tomes 2 et 3 de la Passe-Miroir.

« La Passe-Miroir, Livre deux : Les disparus du Clairdelune » de Christelle Dabos, Gallimard jeunesse, 2015, 560 p.

Publicités

La passe-miroir (1) Les fiancés de l’hiver

CVT_La-passe-miroir--Les-fiances-de-lhiver_1267« Bientôt, quand les hématomes se seraient résorbés, quand la griffure de Freyja se serait transformée en cicatrice sur la joue, Ophélie retrouverait un visage familier. Mais son regard, lui, ne redeviendrait jamais comme avant. À force de voir des illusions, il avait perdu les siennes et c’était très bien comme ça. Quand les illusions disparaissent, seule demeure la vérité. » (P. 517).

La froidure hivernale se prête à vous parler d’un roman jeunesse qui fait fureur chez les pré-ados de 11 à 77 ans, j’ai nommé Les fiancés de l’hiver, premier tome d’une tétralogie intitulée La Passe-Miroir, dont trois tomes sont pour l’instant publiés. Ce premier tome conte l’histoire d’Ophélie, une jeune fille ayant pour particularité de : 1/ traverser les miroirs ; 2/ « lire » les objets avec ses doigts pour connaître leur passé ; 3/ être très maladroite, timide, petite, peu soucieuse de son apparence et propriétaire d’une écharpe capricieuse.

L’univers dans lequel elle vit est composé de diverses arches flottant dans le vide, comme des pièces détachées d’un globe originel dont Ophélie rêve parfois. Originaire de l’arche d’Anima, elle est promise en mariage à un homme important du Pôle. Leurs premiers rapports sont aussi chaleureux que les températures négatives qui règnent dans l’arche de Thorn, le promis d’Ophélie, un géant vêtu de peaux de bête, au visage taillé à coups de serpe. C’est donc mal parti pour les fiancés de l’hiver, mais nous autres lecteurs sommes déjà appâtés par ce couple si mal assorti, qui n’est pas sans ressembler à une certaine Lizzie Bennett et un certain Mr Darcy (merci Lili, ma co-lectrice, de m’y avoir fait penser !).

Cet homme taciturne l’embarque donc dans un dirigeable, et voilà notre Passe-miroir catapultée dans ce nid de vipères qu’est la cour évoluant à la Citacielle, une citadelle flottant au-dessus du Pôle (et dont la représentation en couverture flatte l’imaginaire). Il est clair qu’aucun membre des riches clans nobles ne souhaitent ce mariage, pour des raisons qui restent obscures, et les chausses trappes guettant Ophélie durant ses fiançailles sont si nombreux qu’elle est obligée de se cacher et d’user des illusions présentes en masse dans la Citacielle.

Pour tout vous dire, ce livre et moi étions partis sur de mauvaises bases. J’ai peu l’habitude de lire de la fantasy, me méfiant des apprentis auteurs qui se greffent sur un filon très vendeur à l’heure actuelle. Mais au-delà du genre, les 50 premières pages m’ont semblé caricaturales et téléphonées. Quoi de plus « déjà vu » (et pour cause) et de plus nunuche que cette petite sainte-nitouche qui coche les cases « binoclarde » + « surdouée », et qui refuse un beau parti dont se sont embéguinées ses idiotes de mère et de soeur ? Ben voyons.

Oui mais. Il y a l’art et la manière. Dès le départ d’Ophélie pour la Citacielle j’ai dévoré d’un coup les 500 pages suivantes. La magie avait opéré : un mélange entre l’esthétique « Belle Époque » du monde de la Passe-miroir et de son ancrage spatial très attrayant, du style impeccable de l’auteur, de son humour semé d’euphémismes, et des savants rebondissements de l’intrigue. Ophélie a tout de l’anti-héros dont on fait les vrais héros : courageuse, fine, intègre et pleine de ressources insoupçonnées. Cela nous a un côté roman d’apprentissage ma foi bien plaisant ; Christelle Dabos pour sa part est un vrai écrivain qui a bel et bien dépassé le stade de l’apprentissage.

La Passe-Miroir a donc gagné une adepte de plus, deux même, si je puis m’avancer pour ma copinette Lili qui l’a lu en même temps que moi et en parle ici.

« La Passe-Miroir, livre I. Les fiancés de l’hiver » de Christelle Dabos, Gallimard Jeunesse, 2013, 528 p.Participation au challenge Petit Bac d’Enna dans la catégorie PASSAGE DU TEMPS.