Le complexe d’Eden Bellwether, de Benjamin Wood

Image associéeJe crois que je ne pouvais tomber mieux en termes de « roman oxbridgien ». Le complexe d’Eden Bellwether est une ode au Cambridge universitaire : ses vieux colleges à l’architecture néogothique, ses barques glissant paresseusement sur la Cam, ses pelouses bien taillées, ses étudiants à  vélo. Et pourtant, son personnage principal n’est pas étudiant : Oscar Lowe, 19 ans, vient d’une famille modeste et travaille comme aide-soignant à la maison de retraite de Cedarbrook. Son chemin n’était pas destiné à croiser celui d’Iris et Eden Bellwether. Ces derniers font partie du gratin de la société des étudiants et planent à une hauteur stratosphérique par rapport au commun des mortels. Mais cela, c’était sans compter le pouvoir de la musique, placée au coeur de ce roman. Un soir après une dure journée de travail, Oscar est malgré lui attiré par les sons de l’orgue qui s’échappent de la Chapelle de King’s College. C’est ainsi qu’il fait connaissance d’Eden, le génial organiste, et de sa soeur Iris.

Après une première expérience dérangeante au domicile des Bellwether, la personnalité d’Eden prend vite une tournure sombre aux yeux d’Oscar. Extrêmement intelligent et talentueux, Eden parvient à utiliser la musique à des fins hypnotiques. Parallèlement, Oscar tombe amoureux d’Iris et celle-ci lui confie ses inquiétudes au sujet de son frère. Mais le propre des personnalités narcissiques, n’est-ce pas de dissimuler leurs failles aux yeux de tous, à commencer par eux-mêmes ? Iris embarque donc Oscar dans un coup monté pour soigner Eden. C’est là qu’interviennent un vieux patient caractériel d’Oscar et son amour de jeunesse atteint du cancer…

Ce roman se déroule en 2003, c’est-à-dire un temps que les moins de 15 ans ne peuvent pas connaître. Les jeunes gens offrent encore des compils sous forme de cassettes audio à leurs petites amies. L’atmosphère de Cambridge renforce le côté hors du temps de ce drame (car drame il y aura, nous en sommes avertis dès la première page). Ce léger décalage temporel permet de laisser de côté le réalisme stricto sensu pour  mettre en valeur « l’inquiétante étrangeté » d’Eden, sorte de double diabolique de la belle et lumineuse Iris. Narcissisme ? Mégalomanie ? Schizophrénie ? Génie ? Bien que l’auteur nous pourvoit amplement en explications psychologiques, « le complexe d’Eden Bellwether » échappe à la raison. Et ce n’est pas le seul phénomène à l’être, puisque  à la toute-puissance d’Eden répond le désir de « guérison magique » dont peuvent être affectés certains personnages.

Dans cette toile tissée autour d’un drame annoncé, nous sommes donc irrémédiablement pris. Des tas de questions sont en suspens. Et on ne sait qui, in fine, en sera la victime, ce qui donne un petit côté thriller fort plaisant à l’ensemble. Beaucoup d’éléments positifs à mettre dans la balance, donc. Mais de l’autre côté, un goût de « peut mieux faire » me reste en bouche. Si Eden est bien campé, avec les exagérations propres au personnage faustien qu’il incarne, si Oscar et Iris sont plutôt attachants, j’ai trouvé les autres personnages singulièrement fades et peu travaillés. La critique sociale qui est esquissée (grosso modo : les prolétaires qui bossent vs. les seigneurs nés avec une petite cuiller en argent dans la bouche) n’emporte pas la conviction et n’offre pas un contre-chant puissant à la thématique générale. Les nombreuses références intellectuelles présentes dans le roman tiennent plus du saupoudrage de parmesan que de la réflexion profonde. Globalement, l’écriture lisse de Benjamin Wood peine à transmettre la moindre émotion, sauf peut-être lors d’une scène fatale. Ainsi, si le thème de ce roman est intéressant par son sujet et sa mise en scène, les moyens narratifs employés manquent de caractère. On sent le jeune auteur prometteur qui n’a pas encore trouvé la forme qui siérait vraiment à son propos. On lui souhaite de la peaufiner dans les années qui viennent.

Allez lire le billet de ma copinaute Lili qui m’a offert ce livre en swap et a décidé de le lire en LC avec moi.

Aucun texte alternatif disponible.Ce billet est (finally!) ma première participation au mois anglais, pour le thème « campus novel ».

 

 

 

« Le complexe d’Eden Bellwether » de Benjamin Wood, Le Livre de Poche, 2016, 576 p.

Publicités

Le bonheur est dans le swap

Le temps est venu de cette heureuse tradition annuelle (OK, ce n’est jamais que la deuxième fois, mais ça a déjà la saveur des bonnes vieilles traditions) : le swap avec ma copinaute Lili des Bellons ! Dans ce réjouissant échange, nous nous étions mis d’accord sur un envoi de 4 livres avec les thèmes suivants : un latino, un anglais, un classique et un coup de coeur. Pour ne pas risquer de tomber à côté, nous nous sommes donné nos wishlists (sauf pour le coup de coeur évidemment). A côté de cela, les typiques gâteries des blogueuses littéraires étaient bien-sûr prévues (un chat, du thé, des marque-page…).

20180214_221028

Les circonstances de ce swap étaient particulières ; je devais recevoir le colis de Lili sur mon lieu de vacances, au ski ! Nous craignions qu’il n’arrive en retard, en raison de la masse de neige qui était tombée ces jours-là. Finalement, la Poste a été très rapide (allons, allons, ne faites pas de mauvais esprit, ce n’est pas un oxymore). Mais peut-être était-ce le Père-Noël lui-même qui est venu me déposer le colis en traîneau… Car voyez vous-même comme c’était magique : dans ce colis il y avait une avalanche de cadeaux artistiquement emballés dans du papier noir & blanc très graphique. Gâteau sous la cerise, Lili avait poussé la délicatesse jusqu’à coller des petits post-it commentant, sans le révéler, le contenu de chaque paquet… Sacré sens du teasing ! De quoi faire du déballage une pure partie de plaisir ! (Et elle était bien méritée, croyez m’en, après une journée à traîner mes filles en luge 🤪 #compensation).

Je n’ai malheureusement pas fait de photo avec tous les cadeaux déballés, et je confesse qu’à l’heure actuelle il ne reste rien des douceurs comestibles : des cookies craquants au chocolat et la noisette, une « tuerie intersidérale » me promettait Lili, et ils ont bien tenu leurs promesses, les bougres – et du chocolat belge à la poire, un goût totalement inédit pour moi, mais qui fonctionne vraiment bien (mais heureusement pas pour ma fille chocolavore ni pour mon mari bec-sucré, donc j’ai pu déguster la tablette entière sans devoir partager avec les amours de ma vie, na).

Vous constaterez néanmoins, au vu de la photo ci-dessous, que Lili m’a particulièrement gâtée, et non seulement moi, mais aussi mes filles qui ont chacune reçu une ravissante barrette aux motifs colorés d’une boutique creusoise dont le nom à lui seul résume tout-à-fait ce qu’a été l’ouverture de ce swap pour moi : Parenthèse enchantée.

20180313_131207

Un thé vert au parfum fleuri envoûtant, un plateau au message on ne peut plus clair, une crème pour les mains toute douce, une collection de jolis marque-page invitant à des heures bénies de lecture : me voilà parée pour attaquer les livres alléchants que j’ai reçus en cette occasion (d’ailleurs, c’est déjà commencé).

Commençons par le patriarche, Dickens himself : je vais enfin pouvoir me plonger dans les aventures concoctées par ce fabuleux romancier victorien, en commençant par les fameuses Grandes Espérances (hâte de lire la scène originale où Pip découvre le gâteau du mariage, scène ô combien de fois vue au cinéma !)

Poursuivons avec un auteur anglais contemporain : Benjamin Wood et son Complexe d’Eden Bellwether. Je ne sais pourquoi, mais dès que j’ai vu apparaître ce titre sur les blogs, j’ai eu envie de le lire sans même rien connaître de l’histoire. Cela me faisait peut-être penser aux Souffrances du jeune Werther de Goethe et m’avait un parfum de romantisme échevelé. Je vais pouvoir me faire une idée, et ce sera peut-être l’occasion d’une prochaine LC du mois anglais, n’est-ce pas Lili ? 😉

Ahora se habla español ! Lili a poussé la bonté jusqu’à se plier à mes exigences de snobinette hispanophone qui ne saurait lire les auteurs latino-américains autrement qu’en VO ! Elle m’a donc trouvé une édition en espagnol de El cartero de Neruda (Une ardente patience en VF) d’Antonio Skarmeta. C’est un petit bijou d’humour et de tendresse (oui, j’ai commencé à le lire, et je me poile).

Et la surprise du chef pour la fin : Lili m’a donc envoyé un de ses coups de coeurs. Il s’agit de son auteure fétiche, Louise Erdrich, éminente représentante de la littérature amérindienne aux Etats-Unis, et d’un de ses grands succès : Dans le silence du vent, qui raconte l’histoire d’un jeune adolescent indien en quête de justice après le viol de sa mère dans une réserve ojibwé du Dakota. Vraiment hâte de lire ce récit qui a l’air décapant, et de découvrir un courant littéraire que je ne connais pas du tout.

Voilà de quoi satisfaire une bonne part de mes besoins existentiels pour un moment. Merci, merci chère Lili. Je ne vais pas dire « tu n’aurais pas dû », mais vraiment, tu m’as bien gâtée 💜. Si vous voulez aller voir ce que j’ai envoyé à Lili (avec 2 fois moins de cadeaux, oups ! 🤭), c’est par ici !