Un mot, un sens #2 : « Le béguin »

L’habillement de ma fille me fournit décidément beaucoup d’occasions de creuser le sens des mots. Est-ce parce qu’un petit être aussi nouveau vous conduit à tout envisager d’un œil neuf ?

Or donc, je tricotais un béguin pour réchauffer la douce tête toute ronde et les délicates petites oreilles de mon bébé. (Subtile occasion de mentionner que j’ai débuté le tricot et que je suis très fière de mes premières réalisations – faire avec ses mains, c’est un sentiment presque aussi épanouissant que la lecture ; ou disons que ça se complète bien !).

Pour ceux qui ne savent pas du tout ce qu’est un béguin, voilà le résultat :

DSCF0872 - Copie

(Autre subtile occasion de vous faire admirer mon chef d’oeuvre de couvre-chef 😉 ).

Bref, vous voyez, ce genre de parure qui fait ressembler les petites filles à des petites paysannes de Bruegel ?

Bruegel, Danse paysanne (détail)
Bruegel, Danse paysanne (détail)

Le mot « béguin » me fait penser tout d’abord à l’expression « avoir le béguin pour telle ou telle personne », synonyme de « se prendre de passion pour machin », « craquer pour bidule » ou « en pincer pour cette minette/ce beau gosse ». Mais j’avoue que je vois difficilement le lien avec le bonnet.

Mais ça me fait aussi penser aux béguines, ces femmes non mariées du Moyen Âge qui vivaient en communauté sans pour autant être liées à un vœu religieux. Et là je vois à peu près le lien :

Margery Kempe, béguine, mystique, ancêtre des blogueuses et auteur du Book of Margery Kempe (XVe siècle)
Margery Kempe, béguine, mystique, ancêtre des blogueuses et auteur du Book of Margery Kempe (XVe siècle)

Mon dico me dit que le « béguin » est bien la coiffe des béguines, dont le sens a été étendu par analogie à une coiffe de femme et à un bonnet de très petit enfant (check). A son tour, « béguin » a donné « embéguiner », c’est-à-dire « coiffer quelqu’un d’un béguin », qui au sens figuré veut dire « s’entêter sottement », ce qui a à son tour donné l’expression « avoir le béguin pour », qui correspond à la métaphore « être coiffé de trucmuche », « se toquer de Mr Darcy Mr Illettre »…

La morale de cette histoire ? Les têtes de mules et les amoureux n’ont pas froid aux oreilles !

Un mot, un sens

Pierre Lapin
Pierre Lapin

L’autre jour, comme j’enlevais (ou remettais, je ne sais plus) pour la énième fois son gilet à ma fille, je me demandais soudain si « gilet » était le mot approprié pour désigner la chose qui se boutonne sur le devant (oui, j’ai des préoccupations linguistiques qui me prennent parfois comme ça, au beau milieu de ma routine). Est-ce qu’on ne dirait pas plutôt…

– un cardigan ? (trop spécifique)

– un tricot ? (pas assez spécifique)

– un lainage ? (idem, pas assez spécifique)

– un pull ? (ça ne se boutonne pas sur le devant)

– une veste ? (moui, mais ça fait un peu trop « manteau »)

Alors je me suis rappelée que ma grand’ mère provençale nous disait toujours de mettre nos « chandails » quand nous étions petits. C’est vraiment un mot que j’associe à elle et à l’enfance. Je me suis demandée si ça provenait d’un quelconque dialecte occitan, vu que, depuis, je ne l’ai quasiment jamais entendu proférer. Un coup d’œil dans le dictionnaire étymologique plus tard, je constate que je me suis trompée ! « Chandail » est la contraction de « marchand d’ail », une expression qui, si son sens est clair, a peu à voir à première vue avec ledit vêtement. Ce nom était donné aux ouvriers des Halles de Paris s’occupant du marché aux légumes qui, très fashionable (à Paris, même les marchands d’ail le sont), portaient un tricot que l’on a nommé ainsi par métonymie. Ensuite, le fabricant de ce tricot, Gamard, l’a repris et popularisé, au point qu’il en est devenu un nom courant. Merci Alain Rey et son dico !

gilet-reporter-militaire-vert-armee-kakiantony-morato-costumes-p_z_25159_A

gilet-fluo-enfantEn tapant « gilet » sur google images, je tombe sur ça : un vêtement sans manches, ce qui n’est clairement pas le vêtement que je mets à ma fille. Je vais peut-être sortir « chandail » du placard, le dépoussiérer et me mettre à l’utiliser !

Et vous, comment nommez-vous ce vêtement ?