Pearl Buck, Vent d’est, vent d’ouest

20170207_155506Dans une prose dépouillée, Pearl Buck pénètre une nouvelle fois au sein d’une maisonnée chinoise traditionnelle de haute naissance des années 1930. Ce monde clos et strictement normé, héritier d’un empire du milieu dont les cendres fument encore, c’est le vent d’est. Il s’ouvre, avec plus ou moins de bonheur, au vent d’ouest, ou plutôt à la bourrasque que représente la modernité occidentale.

Cette rencontre s’opère à deux niveaux. Tout d’abord par le mariage de Kwei Lan, jeune fille élevée pour être une bonne épouse soumise à la chinoise, avec un jeune médecin qui revient d’Amérique et ne jure que par la civilisation occidentale. C’est lui qui va l’inviter à débander ses pieds, dont la petitesse fait pourtant la plus grande fierté de la jeune femme, ce qu’elle finira par faire par amour pour lui (et finalement beaucoup de soulagement). Grâce à lui, elle conserve auprès d’elle son fils premier-né, au lieu de l’offrir à ses beaux-parents, comme premier descendant mâle de la famille. Elle découvre les bizarreries d’une maison construite à l’occidentale, comme les escaliers, qu’elle descend la première fois sur les fesses ! (Ils sont si peu faits pour des pieds bandés !) Et regrette parfois la lumière mate que laissent filtrer les persiennes de papier, si avantageuse pour son teint, contrairement aux vitres qui font miroiter une lumière drue.

Au moment où elle s’est peu à peu appropriée ces nouvelles façons de faire, et commence à apprécier la liberté dont elle jouit, elle apprend que son frère, parti étudier en Amérique, revient avec une épouse américaine ! C’est le branle-bas de combat dans la maisonnée de sa mère, tout se ligue pour faire échouer cette union jugée contre-nature et faire épouser au fils récalcitrant la fiancée qui lui avait été désignée depuis la naissance… Kwei Lan se sent écartelée entre son sentiment de devoir envers sa famille (le collectif, le lien au passé) et son attrait nouveau pour le primat de l’amour (l’individu, le futur) qui la conduit à soutenir son frère.

Qui du vent d’est ou du vent d’ouest gagnera cette partie de bras de fer ? Cette rencontre entre deux mondes doit-elle nécessairement passer par le rapport de force ?

Narrant les faits à la première personne, du point de vue de Kwei Lan, Pearl Buck arrive à merveille à opérer des jeux de miroirs entre deux civilisations très différentes, dont chacune pense qu’elle est la normalité, et l’autre la barbarie ! Quand Kwei Lan raconte simplement les us et coutumes chinois, le lecteur (occidental, et surtout actuel) peut à bon droit s’étonner. Mais c’est elle qui s’étonne des habitudes américaines : comment, on habille les bébés américains en blanc, couleur du deuil ? Et les femmes ne baissent pas les yeux devant les hommes ? Elles ne prennent pas grand soin de leur apparence, en huilant et fleurissant leurs cheveux, en adoptant une petite voix douce, mais elles courent et rient aux éclats ? La couleur de la peau et des cheveux elle-même est un motif d’étonnement, voire de frayeur.

Ce jeu d’oppositions peut sembler un peu simpliste, voire à l’avantage de l’Occident. Mais il faut se souvenir que Pearl Buck transcrit le ressenti d’une « Chine éternelle », d’une « Chine profonde » face à la pénétration, qui semble injuste, à la limite de la colonisation, de l’influence occidentale. Ce sont des choses issues de son observation, et on ne peut qu’admirer sa faculté à endosser le point de vue, subjectif, d’une jeune Chinoise qui n’était jamais sortie des murs de sa maison. Les personnages sont assez simples en apparence, et le roman lui-même a tout l’air d’un fabliau sur la rencontre entre deux mondes, qui a priori sont insolubles l’un dans l’autre… a priori.

Publicités

10 commentaires sur « Pearl Buck, Vent d’est, vent d’ouest »

  1. Vent d’est, vent d’ouest…. Mon premier Pearl Buck, que j’ai dévoré, et qui m’a beaucoup marqué… surtout la scène où elle débande ses pieds, ce qui ne se fait pas sans douleurs… mais qui cimente son couple.
    Très belle critique, qui donne envie de le (re)lire!

    1. Merci Maman BCBG, ton commentaire me fait drôlement plaisir (c’est drôle, je viens d’en laisser un sous ton dernier article – quoi je passe ma matinée à lire des blogs ?? Mais non je me « culture » 😉 )

  2. Le seul Pearl Buck que j’ai lu .. J’avais bien aimé aussi la vision du suicide, les différentes idées reçues d’un côté comme de l’autre.. Très bonne critique, on sent que le livre t’a plu!

    1. Oh ben ça alors, je ne me rappelle même plus de la vision du suicide dis donc ! Faut dire que je l’ai fini y a presque un mois ! Mais oui, le livre m’a plu en effet 😉

  3. Très joli billet, très inspirant ! Je crois qu’on avait dû tenter de me suggérer (c’est à dire m’imposer comme lecture cursive) un roman de Pearl Buck au collège. Mais, fidèle à moi-même, je ne l’ai pas lu (rien de pire que de m’imposer une lectrice grrr)… J’aurais peut-être dû pourtant ! Je tâcherais de corriger ça un de ces 4 🙂

    1. Tant mieux si je fais plus envie que les lectures obligatoires du collège 😉 (Du coup, question : imposes-tu des livres à lire à tes élèves ?!)

      1. Hmm, disons que je suis obligée de les faire lire… Et quand il s’agit d’une oeuvre intégrale, je n’ai pas le choix d’imposer un titre à tous. Je contourne, par contre, la chose en lecture cursive : je propose une liste d’ouvrages classés selon trois niveaux de lecture et j’essaye d’appâter les lecteurs en brossant un portrait alléchant de chaque bouquin. Ça marche pas toujours, mais j’espère que c’est plus attrayants qu’un livre imposé sans discussion 🙂

      2. Je t’admire, tu as l’air de te dévouer à la culture de tes élèves. .. vive les profs passionnés ! 🤗

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s