Homeland, ou le terroriste intime (saison 1)

Comme Netflix ne me proposait « Downton Abbey » que jusqu’à la saison 4 (pleurs et grincements de dents), j’ai dû me tourner vers une autre série pour remplir ce que j’appelle mes « moments de compensation » (en gros, du chouchoutage mental après une phase intense de travail ou de dévouement total à ma fille). J’ai donc changé complètement de registre avec la série américaine « Homeland ».

Afficher l'image d'origine

Nous sommes loin des raffinements de la civilisation britannique dans « Homeland », loin de l’univers un peu ouaté de la famille Crawley et de ses cérémonials en apparence intangibles qui lui offrent un bouclier de protection face aux bouleversements du monde. Carrie Mathison est une agente de la CIA qui revient d’une mission en Irak en 2011 avec une information cruciale : Al Qaida aurait « retourné » un prisonnier de guerre américain, converti à la cause même qu’il combattait. Quelques mois plus tard, on apprend la libération d’un Marine, retenu dans les geôles d’Al Qaida en Irak depuis 2003. Il s’appelle Nicholas Brody et il revient aux Etats-Unis en héros de la nation. Mais Carrie est persuadée, contre l’avis de la direction de la CIA, qu’il est à la solde de l’organisation terroriste dirigée par un certain Abu Nazir, et qu’il prépare un attentat de grande envergure sur le sol américain.

Voilà, on pourra encore dire que c’est la série américaine typique qui privilégie l’action et divise le monde entre les bons et les méchants, ceux-ci empêchant ceux-là de faire sauter le monde libre de justesse. A cela j’objecterais tout d’abord que les Américains sont quand même doués pour nous offrir de la bonne série d’action, bien écrite, haletante, prenant à bras le corps les grands enjeux de la vie nationale. A quand une série, en France, qui portraiturait avec brio la menace diffuse du terrorisme pesant sur nos vies depuis janvier et novembre 2015 ? Tout en restant un spectacle de divertissement (sans quoi la série perdrait sa fonction de « chouchoutage mental » n’est-ce pas).

Afficher l'image d'origine

Mais ce qui fait l’attrait de la série, selon moi, ce sont ses personnages extrêmement bien travaillés et remarquablement interprétés pour certains. Il y a l’agente secrète dévouée obsessionnellement à sa « mission » au point de s’y noyer psychologiquement – L’ancien prisonnier dont le regard impénétrable nous cache les véritables intentions, et qui pourtant se révèle vulnérable, de retour dans sa vie « normale » de citoyen et de père de famille modèle – Saul Berenson, le mentor de Carrie à la CIA, revenu de tout, que sa femme quitte – La fille de Brody, gamine butée et intuitive, géniale vers la fin de la saison 1 – et je tiens à mentionner Virgil, ce personnage secondaire fort utile à Carrie quand elle dévie du modus operandi officiel, le « punching ball » de ses sautes d’humeur, et dont je raffole du regard de cocker battu. Il n’y a guère que Jessica, la femme de Brody, que j’ai trouvé assez mijaurée, sans parler de David Estes, le patron de la CIA, aussi crédible qu’un placard à balais, qui ne semble avoir qu’un principe directeur dans sa vie : envoyer Carrie au tapis.

Mais là où la série atteint le niveau des grandes, c’est quand elle touche à la nature humaine. Comme le dit Saul à Carrie : « il faut chercher l’homme derrière le terroriste ». Et c’est ce que montre la série : l’imbrication des enjeux intimes avec les engagements publics (voire extrémistes), la racine intime des grands problèmes géopolitiques. Ce que j’apprécie aussi c’est que les relations personnelles des personnages (entre mari et femme, entre l’agent et sa cible, entre collègues, entre père et enfants) évoluent au fil du récit, ne répètent pas les mêmes motifs archétypaux d’épisode en épisode.

Rien que pour la scène hallucinante dans le bunker lors du dernier épisode de la saison, avec un Brody oscillant entre la vie et la mort (je n’en dis pas plus pour ne pas « spoiler », mais j’aurais aimé m’étendre sur le passage à l’acte conscient), cette série vaut le coup. Et c’est en partie dû à la performance des deux interprètes principaux : Claire Danes en Carrie échevelée, souvent survoltée, hypersensible, et Damian Lewis pour le sergent Brody, dont le fait qu’il ait interprété Hamlet au théâtre n’est pas pour rien dans sa maîtrise de la dualité mortelle du personnage.

Bref, un bon spectacle que cette saison 1, où l’on n’en finit plus de discuter de la duplicité des personnages, et où le plus fort n’est pas toujours celui qui a le plus de moyens !

Afficher l'image d'origine

Publicités

12 commentaires sur « Homeland, ou le terroriste intime (saison 1) »

  1. On m’en avait dit beaucoup de bien mais j’avoue n’avoir pas du tout accroché au premier épisode… Du coup, j’ai abdiqué.

      1. Que suis-je bête! Bien sûr (je le travaille tous les ans avec mes élèves). Voilà une actrice qui a bien vieilli (elle est pour moi une fade Juliette).

      2. Figure-toi que je n’ai jamais vu ce film… Mais je trouve qu’elle est excellente en agente de la CIA complètement borderline !

  2. J’avais bien croché moi aussi, ainsi qu’à la deuxième saison. Par contre la suite et en-dessous à mon avis. Au cas où, la série israélienne dont Homeland est inspirée, Hatufim, est encore plus poussée niveau psychologique. J’avais beaucoup beaucoup aimé.

    1. J’ai lu en effet que la saison 3 n’était pas top, mais apparemment la série reprend du poil de la bête dans la saison 4… Tu l’as vue ?
      Quant à la série israélienne, j’adorerais la voir pour comparer. Affaire à suivre.

      1. Non je n’ai pas vu la saison 4. Je garde espoir alors… Et pour hatufim c’est au final très différent à part quelques éléments de départ. Aucune crainte de revoir la même histoire… Tu me rediras si tu te lances ..

      2. J’aime bien le cinéma israélien donc j’imagine qu’en séries, ils sont bons aussi. Je la mets définitivement sur ma liste, quand j’aurais fini Homeland.

  3. Les personnages sont très intéressants comme tu le soulignes, Carrie est complètement « tapée » si je peux me permettre, avec de graves troubles psychologiques antérieurs à son job. Elle m’exaspère parfois, je l’avoue, je préfère le rôle de la femme de Brody, et Saul… J’ai entamé la 2ème saison, mais elle est moins palpitante que la 1ère.

    1. La saison 2 que j’ai terminée hier te réserve quand même quelques surprises, je te rassure ! Alors moi je préfère nettement Carrie à Jessica pour le coup. En plus d’être un moteur principal de l’histoire, elle est tiraillée entre ses sentiments pour Brody et son devoir d’Etat… Cela apparaît encore plus dans la saison 2. Jessica me semble plus passive, même si son personnage a du potentiel (elle a éveillé ma sympathie dans la saison 2 à l’occasion d’un événement que tu reconnaîtras). Quant à Saul, je l’adore ! Un personnage hyper complexe, sensible, fin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s