Antoine Bello, Les Falsificateurs

C_Les-falsificateurs_7010Alors qu’il va signer pour un premier job dans une conserverie de poissons, Sliv, jeune Islandais de 23 ans, tombe sur une petite annonce alléchante : un poste dans un cabinet d’études environnementales, bien payé, promettant des voyages. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire, il est embauché et commence une mission de deux mois au Groenland (rien que ça, j’en frissonne : un Islandais qui a froid au Groenland !). Et là, il s’aperçoit que son boss, le débonnaire Gunnar Eriksson, s’obstine à rajouter des coquilles grossières dans le rapport final qu’il rédige de sa mission. Ce n’est que la première étape du dévoilement de la réalité cachée derrière l’embauche de Sliv : le cabinet d’études n’est qu’une couverture, il a en fait été recruté par le CFR, alias le Consortium de Falsification du Réel, une organisation transnationale et ultra-secrète. Comme son nom l’indique, les agents du CFR créent des scénarios qui visent à falsifier le réel. Exemple : la chienne Laïka, premier être vivant à avoir été mis sur orbite autour de la terre ? Elle n’aurait jamais existé, une pure création du CFR. Ainsi en est-il de plusieurs soit-disant mythes fondateurs, de faux écrivains et peintres du XVIe siècle ou espèces menacées qui n’existent que sous formes de scénarios et de sources falsifiées, voire carrément créées (j’ai ri à l’évocation de l’écriture d’un faux roman de Dumas). Mais quelle est la finalité réelle d’une organisation aussi puissante que le CFR ? C’est la question à laquelle Sliv et ses amis se heurtent comme sur un mur…

Ce roman, premier tome d’une trilogie, est addictif pour plusieurs raisons, et j’en vois trois principales. La première, c’est qu’il surfe un peu sur la vague des théories du complot : la réalité n’est qu’un vernis, des organisations occultes trafiquant le réel pour faire avancer leurs buts mondiaux, bons ou mauvais. Incontestablement, le CFR en fait partie, avec sa hiérarchie cloisonnée, son « comité exécutif » secret qui seul détient le secret de ses finalités. Et la question de savoir si ses visées sont bonnes ou non pimentent l’histoire et alimentent les dilemmes moraux des jeunes agents que nous suivons dans cette histoire.

Deuxième raison, Les Falsificateurs c’est un peu l’application du principe que rien n’est réel, tout est textuel, story-telling, élément de communication. Ajoutons à cela que l’histoire débute en 1991, fin de la guerre froide, rêve d’une civilisation mondiale débarrassée des vieux démons de son passé, espoirs dans la révolution numérique et le raccourcissement des distances et tutti quanti. Un terrain rêvé pour un jeune scénariste brillant comme l’est notre Sliv, qui se donne à cœur d’alerter l’opinion mondiale, jusqu’aux hautes instances de l’ONU, sur les problèmes du peuple des Bochimans, que le gouvernement du Botswana veut exproprier de leurs terres, en leur inventant la découverte d’une fabuleuse mine de diamants. Et derrière le scénario, il y a le procédé fascinant de falsification des sources : création de personnages à partir de vrais états-civils récupérés, de comptes en banque, de chapitres de livre, d’associations fictives, de faux courriers, modification de bases de données… Grâce aux romans, nous savions que la fiction s’inspirait du monde réel, mais de là à penser que le réel est le produit de la fiction… Comme dirait Galéa, tout doctorant d’histoire devrait au préalable lire les Falsificateurs pour apprendre à se méfier de ses sources ! Mais le retour du bâton du réel ne se fait point attendre, et Sliv va l’apprendre à ses dépens en traitant un peu trop ses sources à la légère…

Et enfin, j’ai vu dans le CFR, son académie pour jeunes poulains prometteurs notamment, la même recette du succès que l’école des sorciers de Harry Potter : on est dans un cercle d’initiés, on suit la trace d’une jeune recrue dans son apprentissage, il y a les agents du CFR (les « sorciers » qui se prennent parfois pour des démiurges) et les autres (les « moldus » qu’illustrent à merveille la sœur et le beau-frère rasoir de Sliv), il y a une académie dont le fonctionnement fait un peu penser à l’ENA (sourire), il y a des secrets, des codes et des procédures, des vieux sages, des anecdotes sur l’histoire séculaire de l’organisation, le mystère de ses origines et de ses fins… Certes, il n’y a pas de Voldemort, mais le CFR se bat bien contre certains adversaires pour parvenir à ses fins. Son ambiguïté fondamentale est un ressort dramatique formidable. On y cultive l’entre-soi mais on est pleinement ouvert au monde : de Reykjavik à Honolulu, de la pampa argentine à Krasnoïark, Sliv voyage et rencontre cette galerie de personnages cosmopolites qui viennent des quatre coins du monde, Maga l’Indonésienne ouverte d’esprit, Youssef le Soudanais intègre, Lena la froide et ambitieuse Danoise (sa relation d’attraction-répulsion avec Sliv va longtemps nourrir l’intrigue, je le prédis), le sympathique Stéphane… On sent que ce dialogue et ce brassage des cultures est une valeur très forte de l’auteur lui-même. Pour finir l’appétit de savoirs dont Sliv fait preuve révèle une érudition impressionnante de l’auteur (je viens d’apprendre qu’il investit dans Wikipédia, ce qui ne m’étonne pas).

A bientôt pour le tome 2 😉

Publicités

7 commentaires sur « Antoine Bello, Les Falsificateurs »

  1. Tu es la deuxième en quelques jours à parler de cette trilogie. Je ne connaissais pas avant. Mais comme je cherche quelque chose de divertissant, et de gentiment addictif, je me dis: là, il va falloir que je m’y mette!

  2. Tel est le charme des blogs littéraires : susciter l’envie. Le livre que voilà ne m’aurait sans doute pas attirée de prime abord mais je n’en ai lu que des éloges. A force, et particulièrement sous ta plume, c’est forcément tentant. C’est une certitude : je le lirai !

    1. Je ne puis qu’approuver, ma chère marchande de prose, tu m’as fais souvent envie avec tes billets, comme on est attiré sur le marché par des fruits auxquels on n’aurait pas songé, et il est d’ailleurs temps que je lise les livres que j’ai notés venant de toi !

  3. Je m’étais totalement régalée avec le premier tome de cette trilogie (j’ai été un peu déçue par son dernier tome mais il m’ a plu quand même), je suis d’accord avec ta comparaison sorciers/moldus, je n’y avais pas pensé mais c’est vrai que ces communautés parallèles et secrètes avec leur fonctionnement propre nous réjouissent toujours.
    Hâte de lire ton avis sur le tome 2 (que j’avais énormément apprécié parce qu’il dévoile la finalité du CFR …mais les avis sont plus partagés sur ce deuxième opus).
    Des bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s