Thomas Hervouët, Les pieuses combines de Réginald

Réginald Le Vaillant est notaire de son état, catholique de surcroît. Il chérit la stabilité, la transmission du patrimoine matériel et immatériel et les bonnes mœurs peaufinées par des siècles d’aristocratie française. Mais il n’est pas contre un petit épisode de Fridge (super série américaine sur des congélations bioniques) de temps en temps, un samedi après-midi, entre deux informations télévisées sur la geste frénétique du président Jean-Pierre Starky (prêt à envahir la finance internationale incarnée par la Suisse ou à réformer les programmes d’histoire du collège – ce qui est tout autant risqué) et les commentaires de son principal adversaire politique, le Corrézien Francis Gouda. Mais ce divertissement au sens pascalien s’interrompt quand sa chère épouse lui demande de prendre leur fille Athénaïs entre quat’ yeux pour avoir, enfin, une conversation sérieuse sur le fiancé qu’elle s’est choisi. Pensez donc, cet Elton Moulard est un pur produit de la gauche caviar parisienne, ami des grands, des puissants et des paillettes, et pas catholique pour deux sous (de quête) ! Réginald va devoir prendre son courage à deux mains sans repousser à demain… Il va aussi mettre la main sur Jean-Arthur, un jeune artiste fauché mais au profil prometteur (et accessoirement héritier de la fortune d’une demoiselle de Roquefort qui lui est apparentée, sous la condition expresse d’être bon catholique – ce que personne ne sait, sauf notre Réginald bien-sûr, qui se charge de la succession), et ce pour susciter le doute dans le couple Elton-Athénaïs. Il va enfin embarquer tout ce petit monde à Lourdes sur les pas de Bernadette Soubirous et de la Vierge qui fait des miracles…

L’auteur est primo-publiant et vrai catholique pratiquant. Ce n’est pas une raison pour bouder son plaisir en lisant ce petit concentré d’humour boulevardier et pétillant, se moquant joyeusement de tout et de tous, et surtout des petits travers de la bonne bourgeoisie catholique parisienne. Pour ceux qui sont familiers de cet univers (comme moi), le portrait est réjouissant et les détails savoureux : les discussions sur le mariage, l’assemblée de prière charismatique, les tics de langage (« j’ai prié pour défaire les nœuds de cette situation »), les pèlerins bigarrés de Lourdes et les services aux malades, le jeune curé star des réseaux sociaux et des sessions de formation, et l’indépassable malentendu autour du sexe (que l’auteur ne se prive pas de touiller avec bonne humeur mais sans trancher entre qui est définitivement has been et qui est libéré quant à la chose).

Du coup, je me demande comment ce roman pourrait être reçu par des lecteurs qui sont éloignés de la sphère catho. Il est sûr que certaines allusions pourraient leur passer un peu au-dessus de la tête. Certaines situations sont franchement tirées par les cheveux (le couple Virgile-Cassandre chez le notaire ; la mort de Zénobie de Roquefort), et pour tout dire, le début du roman m’a un peu agacée. J’avais l’impression de lire un pastiche complaisant qui cultivait un certain esprit d’entre-soi avec un grand clin d’œil appuyé.

Mais finalement ce roman n’est pas une immense private joke pour cathos. Il s’est révélé être une bonne tranche de burlesque « pour tous », dont le rire va en augmentant, notamment à partir du voyage en train vers Lourdes (Jean-Arthur qui contemple le ballast à travers le trou des toilettes du train corail comme une métaphore de l’absurde fait vraiment monter la mayonnaise) ; tout cela finissant en apothéose lors du week-end à Blanpré, le domaine tourangeau des Le Vaillant, qui réunit les parents d’Athénaïs et d’Elton et tous les autres protagonistes de l’histoire. L’auteur fait aussi la part belle à d’autres archétypes sociaux (car tous les personnages sans exception sont évidemment des caricatures) et son côté « prof de lettres » se laisse entrevoir dans les digressions enjouées du narrateur qui joue avec ses personnages et convoque tour à tour les mânes de Pascal, du peintre David et de Roberto Benigni.

« Arrivé à cette étape de notre récit, il est nécessaire de faire le point sur la personnalité et l’état d’esprit de Jean-Arthur Chambourcy. Si la littérature jouissait des mêmes privilèges que la télé-réalité, on peut parier qu’à ce moment de l’émission, la main invisible du producteur retirerait le candidat Chambourcy du plateau pour l’asseoir dans un profond fauteuil mauve, et l’interroger sur son vécu, son ressenti, son questionnement, son mental. Un procédé très pratique. » (p. 135).

Donc tout le monde en prend un peu pour son grade, les cathos les premiers, souvent sommés d’en répondre de leurs dogmes vintage par des sceptiques plus que goguenards. Mais les bobos de gauche sont copieusement arrosés aussi, notamment leur façon d’utiliser leurs ni-phones comme dirait ma nièce préférée 😀

Et alors, la politique et l’image totalement loufoque qu’en donne le roman, je vous raconte même pas ! La scène du musée Grévin vaut son pesant de cacahuètes 😀

Bref, pour moi c’était une parenthèse plaisante, certes un peu convenue sur la fin comme dans tout vaudeville, mais très drôle, notamment dans ses dialogues très enlevés. Le roman dont le sujet est finalement assez peu rencontré en littérature, pourra susciter aussi la curiosité des lecteurs. Car le livre se veut aussi, en filigrane, un petit guide à l’usage de ceux souhaitant en savoir plus sur cette tribu bizarre des « cathos »…

Publicités

6 commentaires sur « Thomas Hervouët, Les pieuses combines de Réginald »

    1. Alors là aucune idée car je l’ai emprunté à ma belle-soeur… Si tu vas à la Procure tu le trouveras certainement je pense. En tout cas, je pense qu’en effet c’est une lecture qui devrait te plaire !

  1. Je ne sais pas, j’avais lu un policier léger du même genre écrite par une catho « libérée » et j’avais trouvé cela très axé sur l’entre-soi. Je crains la caricature un peu trop lourdingue sur les bobos, mais je le note quand même parce que finalement, ton billet donne envie de se faire son idée.

    1. Un policier léger écrit par une catho libérée, ça m’intrigue dis donc, c’est quoi ce bouquin ? Ici le côté satirique rend cette lecture généralisable et l’auteur fait vraiment l’effort de ne pas afficher son parti pris. Les bobos ne sont pas les seuls visés 😉

    1. On a tous de ces listes longues comme le bras… et la blogo n’arrange pas les choses ! Tu m’as donné bien envie toi-même avec le Claude Izner

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s